Madison, Wisconsin
As a writer, having a girlfriend can be a source of inspiration. But they never really understand that you have to spend so much time with yourself. Writing seems romantic from the outside, but you are fucking lonely in the end. I just got back from Russia and Scotland, I learnt to say „Edba“ instead of Edimburgh. I’m constantly broadening my field of studies, until the day I will explore the life of a bird of pray with my writing. Somewhere near the Mississipi river, where I grew up. Back to young America.
photo : jimflix!

Madison, Wisconsin

As a writer, having a girlfriend can be a source of inspiration. But they never really understand that you have to spend so much time with yourself. Writing seems romantic from the outside, but you are fucking lonely in the end. I just got back from Russia and Scotland, I learnt to say „Edba“ instead of Edimburgh. I’m constantly broadening my field of studies, until the day I will explore the life of a bird of pray with my writing. Somewhere near the Mississipi river, where I grew up. Back to young America.

photo : jimflix!

Waren needed to talk to his wife. Desperately needed it. But she wasn’t coming back before the next Tuesday and lately their conversations over the phone had lost the intensity this talk needed. No thanks, I don’t need shampoo.

He had been pacing the apartment and he could very well tell it wasn’t a post-industrial loft. It didn’t matter how many Woody Allen films they would keep on watching, it’s wasn’t going to achieve what they had looked for when they moved here. In New York City ,dude.

Frankly, Waren argued to himself, speaking to his wife through his inner thoughts, you’ve read so many books set in Brooklyn, that you would almost be able to turn up at any butcher’s shop in the borough, and tell the man about his grandfather’s childhood in Warsaw. None of them dared complaining, though. They were too afraid of being unfair to each other. Each one believing that the other was the most pitiful character of the story.

A pen. A piece of paper. And the empty space as her blank page. Erasing a tree in the playground, she replaced it with a bench. So that parents could watch their children play. Or maybe lovers could kiss there. Anyway, she had to finish her drawing quickly or she would miss her appointment. Homework would wait.

Leaving her empty cup of coffee on the table, she left the café and headed towards the plaza. She sat on the stairs, just in front of the cinema, and her personal show began. The sun had just started to go down and was now almost entirely hidden by a building. Some rays reached her face, as she noticed the first ballet dancer.

The curls. The left and right turns. The figures. The lightness, and then the fall. The 8 and the B and the S. There was no point at all in watching, it was not art nor sport. Yet, to her, it was the perfect feeling of being at one place, during one moment. The present time. She had come everyday this week, to watch skaters.

Maybe she wanted to feel as cool as them. Or maybe she envied their ability to take the space over and turn it into their own playground. Like a chalk on a blackboard, they could draw and erase their own path.

Open Letter

[publié sur Discordance.fr]

« Norman Palm, le gars d’à-côté » – Photo : Mary Scherpe

Norman Palm, tu as un pedigree impeccable. J’ai presque du mal à croire que ça ait été aussi facile, mais tu as traçé ton chemin dans ma liste de chroniques du mois de février, très naturellement. Pourtant, tu sais aussi bien que moi que les temps sont durs. On croit tomber sur le meilleur groupe inconnu de Brooklyn et voilà que la semaine suivante, il est publié sur des centaines de Tumblr avec un single d’un très mauvais goût.

Tu es signé chez les délicieux City Slang, tu as de super copines (Le Corps Mince de Françoise), de supers copains (le pianiste Stanislaus Kochanski). Tu es fan de DIY et de graphisme, tu es l’auteur d’un très joli premier album-livre sobrement intitulé Songs, puis d’un couple de reprises impeccables (Boys Don’t Cry / Girls Just Wanna Have Fun). Tu vis à Berlin dans un charmant appartement décoré avec goût. Je l’avoue, j’ai cherché l’erreur : un abus de ukulélé, une collaboration malencontreuse, mais rien de tout cela n’est ressorti des moteurs de recherche. A part peut-être le lancement de ton nouvel album Shore To Shore au Baron.

Cher Norman Palm, comment ne pas être attirée par la candeur des titres deSongsIn The City et Floating Around en tête, ces morceaux printaniers que l’on écoute juché sur la terrasse d’un appartement surplombant une grande place, quadrillée de terrasses de cafés et de citadins heureux. Des chansons qui n’ont pas la prétention de révolutionner l’art du songwriting, mais qui touchent une petite zone du cerveau, près de celle où se créent les rêves.

J’ai imaginé te croiser dans la rue, sur ton vélo. Tu chantonnes « Everything is out of tune, as long as I won’t see you soon” sur Tonight, Today et je te trouve un petit air de famille avec Herman Düne. De toute façon, vous êtes tous cousins dans l’arbre généalogique folk du XXIème siècle.

Après ton premier album, tu t‘es offert une petite récréation. Dans un style minimaliste, tu as repris à ta sauce les paroles de tes ainés en les fondant dans une seule et même affirmation : les garçons ne pleurent pas et les filles veulent juste s’amuser. Le minimalisme des reprises est un contrepied parfait qui révéle finalement le kitsch des originaux.

Tu étais ma découverte de 2009, j’avais aimé ton duo avec Le Corps Mince de Françoise, et puis je t’avais un peu oublié, je l’avoue. Un nouveau clip réalisé par l’un de tes amis sur le morceau Easy a ravivé la flamme : un concept très simple mais qui collait totalement à ton univers, et un grief universel d’amour longue distance.

Il y a quelques semaines, on a annoncé ton passage en France pour la sortie de ton nouvel album, Shore To Shore. Je savais que je ne pourrai pas assister au lancement de l’album au Baron et je ne l’avais pas encore reçu, alors j’ai ouvert ton press kit pour me consoler. Pas moins de trois pdf concoctés par ton nouveau label s’ouvraient devant mes yeux ébahis, emplis des superlatifs «touching », « awesome » , « infectious ». Je tentais alors d’inventer mon propre adjectif afin qu’il figure sur la pochette de l’album, le jour de sa sortie.

Reprenant ma lecture, j’étais de plus en plus dégoûtée : le document vantait ton passage du DIY au « vrai monde » (lequel ?), 200 000 vues sur Youtube, un album sold out. Il dévoilait même que Easy parlait d’une histoire d’amour entre Berlin et Mexico, alors que franchement, je préférais ne pas le savoir. Le communiqué se terminait en t’affublant d’une nouvelle étiquette gerbante : singer-songwriter-rave-pop.

Quelques jours plus tard, ton nouvel album se matérialisait enfin sous forme de mp3. Comme on se rassure toujours avec ce qu’on connaît, je n’ai prêté qu’une oreille distraite aux titres avant de tomber sur Easy. Toujours ce même plaisir. Je suis contente, parce que ça me fait un morceau pour mon top 2011. J’ai été un peu triste que tu sois si triste sur une chanson intitulée 20$ mais je crois que c’est ta version de Can’t Buy Me Love. Tu as choisi de quitter les formats très courts de Songs, qui leur donnait ces airs de « ritournelles », pour explorer des constructions plus complexes. Je suis revenue au début, et j’ai trouvé que l’intro jazzy Start / Stopte donnait vraiment des airs de Erlend Øye, cette fois. De toute façon, vous êtes tous cousins dans l’arbre généalogique pop du XXIème siècle. Cette facilité à créer des airs évidents et intimes, on la retrouve sur Sleeper, sur Landslide, sur Smile. Et me voilà rassurée : pas plus de rave que de heavy metal dans Shore To Shore. Seulement la vie, les années qui défilent, et nous au bord de l’eau, le regard vers le large.

Braids - Lemonade

Nola associait l’effort intellectuel au goût sucré. Dans ses années de fac, on la croisait souvent dans un café, ses cours sur les genoux et une part de tarte sur la table. Ce jour là, elle rédigeait un compte-rendu en sirotant une limonade. La réflexion était un peu plus difficile que d’habitude. Le son des bulles remontant à la surface suffisait à la distraire. L’évolution du taux d’inflation réel en France ces vingt dernières années versus : eau, citron, bulles. Elle décida que la légéreté avait gagné et rangea le bloc-notes dans son bureau avec un soupir de satisfaction.

Photo : ▲brian james 

My life according to LCD Soundsystem

A little game… if you have some time to spare. Here’s how it goes : you answer the questions using only song titles from ONE artist. Try not to repeat the same song; it’s a lot harder than you think…


My Artist :

LCD Sounsystem

Are you a man or a woman?

Drunk Girls

Describe yourself.

Someone Great

How are you feeling right now?

Time To Get Away

Describe the city you’re living in.

Home

If you could go anywhere, where would you go?

Yr City’s A Sucker

Your favorite form of transportation :

Movement

Your best friend :

All My Friends

Your favorite color :

Sound Of Silver

What’s the weather like?

On Repeat

Your favorite time of the day :

Tribulations

If your life were a TV-program, what would it be called?

North American Scum

What is your life like?

Losing My Edge

Your current relationship :

You Wanted A Hit

I expect from the future :

I Can Change

I wouldn’t mind :

Daft Punk Is Playing At My House

I fear :

Us V Them

My best advice right now :

Dance Yrself Clean

If I would change my name right now, it would be :

Pow Pow

Aphorism for today :

Never As Tired As When I’m Waking Up

The way I would like to go :

Somebody’s Calling Me

My motto :

Get Innocuous !


She kept very few pictures with her, and they were all tacked up above her night table. Pictures of some places she had been and felt like a part of her universe, even though she didn’t know them very well. She could just fantasise about the friends she would have had there. In a way, it felt so much easier than confronting the everyday life.

Like a single cell inside the blood of empty streets" said a song she kept listening to.That’s how she felt when she got out of her appartment, a brisk wind blowing and the sound of her pace echoing against the concrete walls. She was not late to her date, so she took the time to enjoy the smell in the air. It felt like some change was gonna come at last.

Miike Snow - Burial

Esther soupira. Cette fois, elle était sûre que ses invités ne viendraient pas. Avec les intempéries, des bus avaient dû être supprimés et ils étaient sûrement restés bloqués à la gare routière. Dommage, elle était toute contente à l’idée de ce snow-pique-nique. Elle ramassa les surgelés dans le panier en osier ainsi que la nappe à carreaux et se leva en laissant un trou dans l’épaisse couche de neige.

Elle ne se résigna pas à rentrer et entama donc une marche vers la forêt voisine. Elle pénétra dans le sous-bois et leva les yeux : les formes des branches étaient toutes soulignées de neige et formaient un magnifique labyrinthe de blanc et de brun. Soudain, elle entendit des branchages bruisser sur sa droite : un petit animal traversa le sentier à toute allure. Esther reconnut un lapin à bois, une espèce endémique qui aurait pu être un croisement entre un lièvre et un petit cerf.

Elle aperçut une clairière un peu plus loin sur le chemin, et décida de s’y arrêter quelques instants. Après tout, elle avait apporté un peu de lecture alors pourquoi ne pas profiter du magnifique soleil d’hiver ? Mais alors qu’elle approchait de la clairière, elle distingua des formes blanches sur la neige. Un groupe d’une dizaine de personnes rassemblées en cercle semblait en plein recueillement. Elle se faufila en faisant le moins de bruit possible jusqu’à la lisière de la trouée. “C’est étrange, se dit-elle, un enterrement en pleine forêt. On croirait une scène tirée d’un roman d’Arto Paasilinna. Ou un clip de Fever Ray en négatif.

Elle voyait que le soleil commençait à décliner, à l’autre extrémité de la clairière. Elle se décida finalement à rentrer car elle n’aimait pas marcher la nuit. Elle consulta sa montre : “Ah oui, il est bientôt 14h”.